dimanche 28 octobre 2012

lundi 15 octobre 2012

Hipster-cred #1 : Swiss Alps

OMG OMG OMG OMG


Swiss Alps c'est la plage qu'on a jamais retrouvée. C'est ce 4-pistes TASCAM acheté sur le bon coin et cassé par La Poste. C'est la fille avec des tâches de rousseur à la colo. C'est des les bombes à eau du dimanche après-midi.

Mais c'est aussi l'anniversaire où tu t'es tapé l'incruste alors que t'étais pas invité. Le numéro de téléphone que tu as perdu. La dernière cigarette avant d'aller se coucher.

8.471/10


lundi 8 octobre 2012

La solution de Chatroulette pour se débarrasser définitivement des bites

Le monsieur en haut à gauche a l'air content de vous voir
Si vous avez déjà été sur Chatroulette (et j'en suis à peu près certain étant donné qu'on est en 2012), vous avez été très certainement confronté à une multitude de pénis en érection. Si vous êtes un garçon hétérosexuel, vous avez alors eu le choix entre plusieurs réactions : 

  • Vous avez nexté de peur que le monsieur mette à mal vos certitudes sur vos préférences sexuelles
  • Vous avez gardé pour vous faire une petite soirée matage péperlito 
En tout cas, la majorité a été très ennuyée que les masturbateurs compulsifs s'approprient un merveilleux outil pour rencontrer d'intéressants inconnus. Pour ma part, j'ai bien sur profité de l'occasion pour me satisfaire de ce qui me manquait déjà à la découverte d'Omegle : mais à quoi ça ressemble un inconnu ?

La réponse : un inconnu ça ressemble drôlement à une grosse bite agitée devant une webcam.

mercredi 3 octobre 2012

James Kochalka, Superstar

Certains artistes sont tellement enthousiastes dans leur travail, qu'ils veulent trouver d'autres moyens de toucher leur public.

C'est malheureusement pas toujours trop super. Ricky Gervais, par exemple, a complètement maîtrisé le medium "sitcom", avec The Office, et a enregistré des podcasts incroyables avec Karl Pilkington et Stephen Merchant, The Ricky Gervais Show. Par contre, il se plante toujours un peu quand il s'agit de faire des longs-métrages : Il y a du coeur dans Cemetery Junction par exemple, mais le film traîne un peu de la patte ; ou alors il présente des one-man shows un peu trop légers.

C'est peut-être une histoire d'habitude : on est perturbés quand un artiste s'éloigne de ce qui fait qu'on l'a connu et adoré pour proposer quelque chose de différent. Mais je ne reviendrais pas sur les  spectacles de Ricky Gervais.

Alors, il y a aussi la démarche que les artistes prennent qui change. Ce qui marche chez moi, c'est l'enthousiasme. Quand je vois les dessins de Daniel Johnston, je me dis "ah oui, il FALLAIT qu'il dessine tout ça, c'est pas juste pour vendre plus de trucs". Parfois, tout ce que fait quelqu'un dans plusieurs médias se complète, comme un cerveau déplié et mis à plat dans un grand panorama. J'aime bien voir tout ce dont un artiste est capable, si il est vraiment nécessaire qu'il le fasse.

Beaucoup de musiciens peignent, mais j'ai du mal à déceler l'enthousiasme dans la peinture, et la peinture, ce n'est pas fait pour internet. Les comics et la musique, par contre, c'est carrément internet. Entre en scène James Kochalka.