lundi 12 novembre 2012

Micro-genre à la con #1 : La Vaporwave

Avec "Micro-genre à la con", on vous parlera de tous ces sous-genres de micro-genres qui fleurissent constamment sur l'internet. Après la chillwave, la witch-house ou le seapunk en début d'année, l'heure est à la contestation fumeuse du capitalisme avec la Vaporwave.



Depuis la mort du Seapunk, on ressentait un certain malaise sur le world wide web des hipsters connards. En effet, s'il y a bien quelque chose d'indispensable dans l'attirail du mec qui se la pète, c'est bien un genre obscure créé par des associaux devant leur ordinateur à sortir négligemment en soirée. Et si le nom du genre peut-être débile, c'est un gros plus.

Mais la vaporwave n'est pas un micro-genre comme les autres puisqu'elle a décidé d'être un genre contestataire dans sa superficialité ironique. Les morceaux sont le plus souvent des chansons commerciales des années 90 loopé, reverbé, choppé et screwé sur Ableton. Les créateurs l'assument, il leur suffit de télécharger un morceau bien kitch sur YouTube et de déconner avec dans leur DAW préféré pour se retrouver avec un morceau vaporwave.

Visuellement, on ressort les screenshot de windows 95, le fluo qui pique les yeux et les VHS de papy pour faire des beaux clips en mousse sur Youtube.



"Mais où se trouve donc la contestation dont tu nous as parlé tout à l'heure ?" - toi

C'est là que les choses se compliquent un peu. En effet, pour critiquer la société capitaliste, ces petits rigolos ont choisi de récupérer volontairement des morceaux reflétant la superficialité d'une société qui préfèrent la Muzak à la musique. La vaporwave serait donc une forme d'accélerationnisme, un mouvement qui incombe le déclin de la civilisation occidentale au capitalisme, et qui préfère stimuler ce déclin plutôt que de le confronter. Il s'agit donc de pousser le vice jusqu'au bout, pour assister à la destruction du système.

En choppant/screwant des morceaux "capitalistes", la vaporwave compte donc bien faire partie du problème plutôt que de la solution. Cette philosophie est bien exprimée dans l'esthétique ainsi que dans les noms des artistes qui participent au mouvement, à l'image de l'album de Mediafired (référence au site de téléchargement direct particulièrement prisé par les pirateurs de musique) : the Pathway Through Whatever.


Avec 情報デスクVIRTUAL (et son autre projet MACINTOSH PLUS)YYU et Mediafired le label Beer on the Rug est un bon point de départ quand il s'agit d'explorer tout ça. (même s'il n'est pas très représentatif du genre, je conseille fortement d'écouter TIMETIMETIME&TIME de YYU, l'album mèle la folk lo-fi, le footwork et la vaporwave l'air de rien).

Mais un des plus fier représentant reste INTERNET CLUB qui a tenté d'expliquer la provenance du nom "vaporwave". Cela ferait référence à la fois à l'atmosphère globale des morceaux ainsi qu'au mot "vaporware" qui définit un logiciel pris en charge par une société, et jamais effectivement lancé. La vaporwave représente l'obsolescence d'une société qui prend pour argent comptant une musique dénuée de tout objectif artistique. Une musique servant à la fois de Bande Originale du télé-achat comme de votre soirée au bar lounge de la plage de Calvi. Ouais, la vaporwave, #cadénonce fort.


Et si la chillwave avait pour référence les albums de Panda Bear et d'Ariel Pink, la vaporwave a pour parrain James Ferraro et Oneohtrix Point Never. Avec une discographie étendue et très variée, James Ferraro est l'ancien colocataire d'Ariel (et les deux passent d'ailleurs en concert mercredi 14 novembre 2012 à la gaîté lyrique...). Aussi productif que son copain, James Ferraro est donc considéré comme un des pionniers de la vaporwave. Dans Far Side Virtual, il pousse même le vice à sampler des animations sonores de Windows XP.

En tout cas, je donne mon pouce en l'air à tous ces supers artistes qui ont créé un truc plutôt cool. Même si il est facile de leur tomber dessus en prétendant que ce qu'ils font n'est qu'une escroquerie, l'atmosphère qui se dégage de tous ces .zip est vraiment enrôlante. Et même si j'étais sceptique au début, je me retrouve bloqué dans cette bulle 90s obsédante qui me fait oublier qu'en Novembre on est sensé réécouter des trucs tristes à pleurer.

Malheureusement, si les albums étaient au départ destinés à tourner gratuitement, il est de plus en plus chaud de trouver un lien mediafire qui ne nous colle pas une erreur 320 dégueulasse. Il faudra donc plutôt se tourner sur le logiciel Soulseek pour télécharger gratuitement ces joyaux.


Les albums vaporwave C&R approved :

Computer Dreams - Silk Road

Des soundcloud vaporwave C&R approved :


10 commentaires:

  1. OPN, vaporwave? Ça fait sens pour ses derniers travaux - son split sur NNA Tapes avec Rene Hell OK, mais son Instrumental Tourist? Quoiqu'il en soit l'ami Dan vient de la scène synth-noise, alors je ne sais pas si le rapprochement est juste.

    RépondreSupprimer
  2. Non il est pas Vaporwave, mais il est souvent cité comme référence par les artistes vaporwave. James Ferraro n'ont plus est pas strictement vaporwave, et Panda Bear ne fait pas de chillwave. C'est plus une influence qu'autre chose je pense.

    RépondreSupprimer
  3. James Ferraro (en solo, sous ce nom-là, je veux dire en excluant ses projets noises de Lamborghini Crystal, The Skaters etc) serait légitimement vaporwave/seapunk - il suffit d'admirer ses pochettes d'albums. Mais bon c'est vrai qu'avec ces micro-genres, mis à part les labels\groupuscules qui s'en revendiquent, difficile de tout classer. Dans genre c'est autant "Melodic Noise" que "Solo Devotional Music" ou parfois "Analog Synth Fetish". BREF

    RépondreSupprimer
  4. La vaporwave se porte bien en 2014 !

    RépondreSupprimer
  5. New Vaporwave for 2014 is recommended as follows: Famicom\\Fountains - PROGMAN.EXE and 砂漠のカメラレッスン download & listen here: http://famicomfountains.bandcamp.com Sounds of Windows 3.1 and office daydreams. #vaporwave #chillwave #2014

    RépondreSupprimer
  6. ce commentaire EST completement dans le vaporwave.

    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  8. Encore un truc typiquement français : prendre un album/artiste/genre musical et le défoncer, au fond sans argument. Mais bon visiblement l'auteur a arrêté au bout du 1er épisode. En espérant qu'il se soit mis a faire de la musique au lieu de défoncer ce qu'il ne connaît pas.

    RépondreSupprimer
  9. Quel retour dans le temps ! Je me rappelle de ces survêtement de toutes les couleurs et dans des formes improbables ! Typique de nos années 90 ! Mon coiffeur barbier bordeaux me montrait l'autre jour qu'il avait gardé toutes ses tenues de cette époque la et il fesait un petit défilé avec la danse qu'il va parfaitement bien avec lol

    RépondreSupprimer

Balance ton tchip